M
E
N
U
Série Nanaï

Série Nanaï I

2016, acrylique et aluminium sur papier, diptyque, 56 x 84 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont
Série Nanaï

Série Nanaï II

2016, acrylique et pigments sur papier, diptyque, 39,5 x 57 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont
Série Nanaï

Série Nanaï III

2016, acrylique et pigments sur papier, 30 x 40 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont
Série Nanaï

Série Nanaï IV

2016, acrylique et aluminium sur papier, diptyque, 56 x 84 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont
Série Nanaï

Série Nanaï V

2016, acrylique sur papier BFK Rives, diptyque, 120 x 160 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont
Série Nanaï

Série Nanaï VI

2016, acrylique et aluminium sur papier, diptyque, 44 x 60 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont
Série Nanaï

Série Nanaï VII

2016, acrylique et aluminium sur papier, diptyque, 84 x 58 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont
Série Nanaï

Série Nanaï VIII

2016, acrylique et aluminium sur papier, diptyque, 41,5 x 60 cm

© Mari Minato 2020 | Photo : Galerie Eric Dupont

Série Nanaï

techniques variées, 2016

En japonais, le terme de nature « shizen (自然) » dans le sens que nous lui connaissons en français n’est utilisé que depuis la fin du XIXème siècle et provient des traductions de concepts occidentaux de l’ère Meiji. Bien avant cela, dans le langage Aïnu, le mot « kamuï (カムイ) » désigne tantôt « la nature » tantôt « une personne de haut rang. » Ce vocable, rapproché de « Kami (カミ) » aurait évolué en japonais (神) pour s’attacher aux divinités ou toute chose naturelle, assimilable à la nature dont les êtres humains et les objets qu’ils conçoivent sont parties. Cet animisme est adopté par le shintoïsme, lui-même lié par la suite au pouvoir du pays dont le début du XXème siècle témoigne de l’ambition expansioniste.

Les Aïnous sont cités dans le « Nihonsho-ki (日本書紀) » sous le nom de Ezo (蝦夷) en 720, la culture est actuellement en cours d’extinction, commencée depuis l’uniformatisation du pays par le gouvernement japonais depuis l’époque Meiji.

En poursuivant mes recherches sur les Aïnus, des liens formels se sont tissés avec l’extrême est de la Russie, où les Aïnus parcouraient des terres en communs avec d’autres tribus telles que les Nikvf ou Nanaï. Dans les dures conditions de l’environnement nordique, ils vivaient de la chasse, de la pêche, de la cueillette de fruits et de plantes.

© Mari Minato 2020 | photo : Galerie Eric Dupont